Bienvenue sur le site de KONI France

Principe de fonctionnement

Les amortisseurs hydrauliques

Tous les amortisseurs hydrauliques fonctionnent selon le principe de la conversion de l’énergie cinétique (mouvement) en énergie thermique (chaleur). A cet effet, le fluide dans le cylindre est forcé à travers un système de réservoirs et de clapets créant une résistance hydraulique. Un amortisseur télescopique peut effectuer deux mouvements : le mouvement de compression et le mouvement de détente. Il existe deux types principaux d’amortisseurs télescopiques :

  1. L’amortisseur bi-tube hydraulique et bi-tube/gaz hydraulique
  2. L’amortisseur mono-tube, appelé amortisseur à gaz haute pression

Comment fonctionne un amortisseur bi-tube ?

Fonctionnement en compression

Lors du fonctionnement en compression, l’huile située en dessous du piston passera sans résistance dans l’espace élargi au-dessus de celui-ci, par les orifices et par le clapet de non-retour. Simultanément, une quantité d’huile est déplacée par le volume occupé par la tige de piston entrant dans le cylindre. Cette quantité d’huile est évacuée vers le réservoir rempli d’air (1 bar) ou gaz nitrogène (4 à 8 bars) à travers la soupape du fond. L’amortissement en compression est engendré par la résistance rencontrée par l’huile au passage de la soupape de fond.

Fonctionnement en détente

Lorsque le piston se déplace vers le haut, l’huile située au-dessus de celui-ci est comprimée et forcée à passer à travers le piston. L’amortissement en détente est engendré par la résistance rencontrée avec l’huile au passage du piston. Simultanément, pour compenser le volume de la tige du piston sortant du cylindre, une quantité d’huile passera, sans résistance, du réservoir (6) au corps de la soupape du fond situé en bas du cylindre.

Les pièces principales sont :

  • le tube extérieur à extrémité fermée, appelé réservoir (8)
  • le tube intérieur, appelé cylindre (7)
  • le piston (2) avec la tige du piston (3)
  • la soupape ou clapet du fond (6)
  • le guide (5)

Comment fonctionne l’amortisseur mono-tube ?

Fonctionnement en compression

Contrairement à l’amortisseur bi-tube, l’amortisseur mono-tube n’est pas équipé d’un tube réservoir. Néanmoins, l’huile déplacé du fait de l’entrée de la tige du piston doit pouvoir être stockée quelque part. Pour remédier à cela, le volume du cylindre est rendu variable : le cylindre n’est pas entièrement rempli d’huile, la partie inférieur contient du gaz nitrogène (pression 20 à 30 bars). Le gaz est séparé de l’huile par un piston flottant(2).

Du fait de la pénétration de la tige à l’intérieur du cylindre, le piston de séparation est forcé vers le bas sur une distance équivalente au déplacement de la tige, créant une légère augmentation de pression dans les sections huile et gaz. En effet, lorsque la tige pousse le piston à travers l’huile sous pression, celle-ci passe par les orifices du piston. La résistance rencontrée crée l’amortissement dans la phase de compression.

Fonctionnement en détente

Dans la phase de détente, l’huile située entre le piston et le dispositif de guidage est poussée à travers le piston. La résistance rencontrée crée l’amortissement dans la phase de détente. Du fait de la sortie de la tige, le piston flottant reprendra sa place d’origine.

Les pièces principales sont :

  • le cylindre sous pression, ou chambre (7)
  • le piston (4) fixé à la tige du piston (5)
  • le piston de séparation ou piston flottant (2)
  • le guide (6)

KONI FRANCE 2016 Ⓒ  - Réalisation : Développement & Design par ALIANT & RIVIERA CREATIONS